Qu’est-ce que la RE2020 en France ?

Pourquoi en parle t’on lors des constructions et des rénovations aujourd’hui ? Savez-vous que la RE2020, « réglementation environnementale 2020 », introduira de nouvelles normes environnementales pour les logements dès le 1er janvier 2022 ? Elle vient remplacer la « RT2012 », « la réglementation thermique 2012 », et a pour objectif de faire diminuer les émissions des bâtiments, résidentiels et non-résidentiels (bureaux, magasins, écoles…)

A compter du 1er janvier 2022, tous les permis de construire de logements devront respecter cette nouvelle règlementation. TB’Home Architecteurs vous en dit plus sur cette règlementation environnementale : quand, comment, qui… autant de questions auxquels nous répondrons ci-dessous !

1. Où en est la RE2020 en France ?

 L’ensemble de la filière construction en France est concerné par ce décret qui entre en application dès le 1er janvier 2022. Toutes les constructions neuves de logements sont concernées, la date du permis de construire faisant foi.

Tous les professionnels sont aujourd’hui à pied d’œuvre : architecteurs (c’est quoi un architecteur ?), maîtres d’ouvrage, bureaux d’étude, fabricants, distributeurs de matériaux de construction 

Les constructions devront répondre à des critères importants comme l’optimisation de la conception énergétique, la limitation de la consommation d’énergie primaire, ou encore la limitation de l’impact des composants du bâtiment sur le changement climatique. Toute nouvelle maison individuelle est concernée, tout le monde doit faire des efforts à la limitation de gaz à effet de serre, impact carbone, dès 2022.

La RE2020 a trois objectifs principaux :

  • Donner la priorité à la sobriété énergétique et à la décarbonation de l’énergie
  • Diminuer l’impact carbone de la construction des bâtiments.
  • Garantir le confort en cas de fortes chaleurs.

2. Quand sera appliquée la RE2020 ?

Bien que peu médiatisée à ce jour, la nouvelle RE2020 sera appliquée progressivement dès le 1er janvier 2022 jusqu’à une application complète pour tous les bâtiments en 2023. Les objectifs d’empreinte CO2 seront progressifs jusqu’en 2030. Il ne reste que quelques semaines pour déposer un permis de construire pour une maison individuelle et lancer les travaux de construction l’année prochaine pour ceux qui souhaitent être malin. 

Bien que les maîtres d’œuvres ne soient pas tous informés de ces nouvelles mesures à appliquer, TB’Home Architecteurs travaille à trouver les solutions pour rendre les constructions neuves plus respectueuses de l’environnement. 

« Respecter au mieux l’ensemble des critères de la RE2020 est notre priorité aujourd’hui, même si nous avons pris de l’avance depuis plusieurs années. Nos constructions sont déjà au-delà de la RT2012 en vigueur. Nos futurs chantiers bénéficieront toujours du meilleur pour répondre aux besoins du marché et aux nouvelles normes environnementales. » Thomas Bonnin, gérant de l’agence TB’Home Architecteurs.

3. Qui est concerné par la RE2020 en France ?

Tous les permis de construire de logements déposés à partir du 1er janvier 2022 sont concernées. A compter du 1er juillet 2022, la RE2020 les permis de construire pour les bureaux ainsi que pour les établissements d’enseignement primaire et secondaire devront respecter la RE2020.

Toutefois, les bâtiments et extension de moins de 50m², les extensions de maisons comprises entre 50 et 100m² et les extensions autres que de maisons inférieures à 150m² et 30% de l’existant, bénéficient d’une dérogation jusqu’au 31 décembre 2022. 

Dans tous ces cas, tous les dossiers de permis de construire, de déclarations préalables déposés après cette date devront respecter la nouvelle règlementation.

Saviez-vous que les habitats contribuent à 25% des émissions de gaz à effets de serre en France ? C’est pour cela que la RE2020 impose de nouvelles mesures, afin de rendre les maisons moins énergivores. Ces émissions de gaz proviennent principalement des chauffages à énergie fossile, de la production d’eau chaude pour les sanitaires, des appareils électroménagers qui composent le logement (tels que les plaques de cuisson, les climatisations…), etc

Des alternatives devront être proposées pour ces maisons : pompe à chaleur, énergie solaire, éclairage… tous les efforts pour la diminution de la consommation énergétique par logement. Tous les secteurs de l’immobilier sont concernés.

4. Qu'est-ce que l’estimation GES ?

Le Gaz à Effet de Serre, GES, est évalué pour chaque logement, et est responsable en partie du réchauffement climatique. Le diagnostic de performance énergétique des logements (DPE) est un calcul effectué par un diagnostiqueur professionnel qui donne une « étiquette climat » à votre logement. Afin de réduire le GES des logements des exigences et des seuils sont à respecter. La performance énergétique est un critère majeur pour un locataire ou un acquéreur, et la nouvelle RE2020 mise en place par le gouvernement incite à l’amélioration des consommations françaises. 

Plus la classe GES est basse plus le logement est énergivore avec un impact sur les gaz à effets de serres et vos factures d’énergie. 

Pour améliorer les performances énergétiques de votre logement, avoir plus de confort aussi bien en hiver qu’en été et limiter votre impact écologique, vous pouvez réaliser des travaux comme l’isolation de la toiture, des murs ou l’installation de fenêtres à double-vitrage. Des travaux pour améliorer le confort de votre logement à réaliser avec notre cabinet d’architecture TB’Home Architecteurs, situé à Clamart en Ile de France.

5. Comment appliquer la RE2020 dès l’année prochaine ?

La réglementation environnementale 2020 donne des objectifs à atteindre, avec pour mission principale la diminution de la consommation énergétique. Plusieurs critères sont à analyser c’est pourquoi il est recommandé de faire appel à des professionnels pour vous accompagner sur les seuils à respecter. 

Isolation thermique et aussi phonique, confort, qualité de l’air intérieur, éclairage, utilisation de source de production d’énergie renouvelable (pompes à chaleur, panneaux solaires, photovoltaïques, échangeur air-sol ou aussi appelé puit canadien, chauffage, VMC Double flux, appareils électrique nouvelle génération, brises soleil, utilisation de matériaux biosourcé…) autant de points à prendre en compte dans votre construction. 

Optez pour des bâtiments peu énergivores c’est l’objectif du ministère de la transition écologique. Et dans une moindre mesure cela peut être votre objectif surtout si cela permet de faire des économies sur vos factures d’électricité ! 

Le changement climatique et la nouvelle RE2020 amorcent des changements pour l’immobilier (bâtiment, logement, bureaux ou encore école : tous concernés). Cette réglementation environnementale conseille et impose des besoins pour des constructions efficaces sur le plan énergétique et avec un impact carbone diminué.

 

TB’Home Architecteurs est à votre disposition pour échanger sur les solutions pour votre habitation neuve ou ancienne. La nouvelle réglementation énergétique, en vigueur dès 2022, sera notre objectif pour toutes nouvelles constructions. De l’utilisation d’énergie renouvelable, à la production d’énergie positive : votre construction ou rénovation répondra aux attentes de la RE2020 et aux besoins environnementaux futurs. 

Suivez-nous sur Facebook 
Suivez-nous sur LinkedIn 

Robert Mallet-Stevens, architecte parisien majeur de l’entre-deux guerres

Robert Mallet-Stevens, architecte du mouvement moderne, a souhaité que ses archives soient détruites après son décès, en 1945 à Paris. Ne sont arrivés jusqu’à nous que ses réalisations encore existantes, et les témoignages de ses proches ou collaborateurs. Tour d’horizon de cet architecte moderne, tout en discrétion.

1. Du cinéma à l’architecture, un parcours original entre art et modernité

Du cinéma à l’architecture, un parcours original entre art et modernité 

Formé à l’École spéciale d’architecture de Paris en 1903, Robert Mallet-Stevens prête une attention particulière à la façon de faire collaborer différentes formes d’art entre elles. 

Reconnu dès 1919 comme une figure montante du style moderne, il se fait remarquer en publiant en 1922 « une cité moderne », qui présente un portfolio de 32 dessins présentant la ville idéale telle qu’il l’a conçoit. Son projet d’urbanisme intègre tous les bâtiments d’habitation, de loisirs, de travail, les réseaux de transport en commun, les édifices religieux, banques…. Son style est simple et dépouillé, et se fait remarquer auprès du milieu du cinéma. 

Robert Mallet Stevens conçoit par la suite les décors de 18 films (structures et mobilier) dans les années 1920. 

En parallèle, il reçoit une commande pour une villa dans le sud de la France, pour le compte du Vicomte Charles de Noailles. Cette réalisation sera sa première réalisation majeure, qui sera complètement terminée et aménagée en 1933. Il prône une intégration du mobilier à l’ensemble de la maison et propose ainsi les pièces complètement aménagées avec du mobilier intégré, en partenariat avec les plus grands noms du design de l’époque. 

En 1925, il réalise le très remarqué pavillon du tourisme français à l’exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes, avec son campanile de 36 mètres de hauteur, qui fera école dans le monde entier. 

Exclu du congrès international d’architecture moderne en raison de différents avec son directeur sur le rôle majeur de l’art décoratif en architecture, il crée avec d’autres l’union des artistes modernes, rassemblant les architectes d’avant-garde et les décorateurs. 

Il devient en 1935 directeur de l’école des beaux-arts de Lille, où il insuffle un programme ambitieux et moderne, avec l’aide des grands noms de l’union des artistes modernes.

Réfugié en France Libre au début de la guerre pour protéger sa femme de confession juive, il tombe gravement malade en 1941 et décédera en 1945 à Paris. 

Décrié par les architectes classiques de son époque, son œuvre ne sera appréciée à sa juste valeur que plusieurs décennies plus tard. Sans reconnaissance, ses œuvres majeures seront laissés à l’abandon comme la villa Cavrois, ou même démolies. Au cours des années 1970, ses réalisations restantes seront classées, mais le mobilier, élément indissociable de l’œuvre de Robert Mallet Stevens, sera dispersé aux enchères. 

A sa demande, la quasi-totalité de ses archives seront détruites après sa mort, si bien qu’il ne reste que très peu d’éléments de son travail.

2. Gros plan sur la Villa Cavrois, classée monument historique

La villa Cavrois, construite pour Paul Cavrois, industriel du nord de la France, est probablement la plus belle et célèbre réalisation de Robert Mallet Stevens. 

 « Air, lumière, travail, sports, hygiène, confort et économie », pour une famille de 7 enfants avec des employés, tel était la description et l’intégralité du projet présenté par Paul Cavrois à Robert Mallet Stevens, rencontré lors de l’exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925. 

Pour le reste, l’architecte aura carte blanche. Pour la première fois de sa carrière, Robert Mallet Stevens pourra gérer le projet de A à Z, tant du point de vue technique qu’esthétique. 

Inaugurée en 1932, la Villa Cavrois dispose de 2800m2 dont 1840m2 habitables, 830m2 de terrasse et 17600m2 de parc. Simplicité et fonctionnalité sont les maitres mots dans toutes les pièces de la villa, en utilisant des matériaux très modernes pour l’époque comme le béton armé, et des matériaux luxueux comme les marbres ou les bois, travaillés dans la simplicité. 

Nouveauté pour l’époque, la maison dispose d’un circuit d’eau chaude et d’eau adoucie en plus de l’eau froide, le téléphone, un haut-parleur de TSF et une horloge électrique dans chaque pièce. Le chauffage est central, le sèche-linge est électrique. 

Un éclairage indirect vient baigner la maison d’une lumière proche de la lumière naturelle. 

Au cours de la 2nde guerre mondiale, la villa est transformée par les allemands en une caserne pouvant accueillir 200 soldats. La famille Cavrois ne récupérera la maison qu’en 1947, et l’occupera jusqu’en 1985. S’en suit une période d’abandon, ou la maison sera vendue à un promoteur qui a pour projet de la raser et de construire un lotissement. Une association de défense se met en place et réussit à faire racheter la maison par l’état et à la faire classer monument historique, permettant sa conservation et rénovation. Mais entre-temps, la villa aura été squattée, pillée et saccagée. La villa ne rouvrira au public qu’en 2015. Une des pièces de la maison a d’ailleurs été conservée en l’état afin de montrer dans quel état de dégradation elle se trouvait avant sa restauration.

3. Hôtel Martel à Paris par Robert Mallet Stevens

En 1927, l’architecte Robert Mallet Stevens réalise l’hôtel Martel aussi appelé la maison hôtel pour les sculpteurs Jan et Joël Martel.

La maison atelier, hôtel Martel à Paris, a été classée monument historique en 1990. Pour cette œuvre il collabore avec d’autres architectes designers français tels que Jean Prouvé pour la confection des grilles et des portails. 

Bien que ses archives aient été détruites, son parcours et son histoire restent riches d’œuvres. Robert Mallet Stevens est aujourd’hui pleinement reconnu pour son travail et son œuvre en tant qu’architecte du mouvement moderne. Son parcours fait que peu d’œuvres nous sont parvenues, mais celles-ci sont été conservées et restaurées, parfois après de longues périodes d’abandon. Le mobilier par contre, partie intégrante de son travail, aura été disséminé au cours des différentes ventes aux enchères lors des ventes des villas. 

Si votre chemin vous amène dans la région de Lille, une visite de la Villa Cavrois ne vous laissera pas indifférent !

TB’Home Architecteur